21 Septembre 2016

LA CONDUITE DE L'ELEVAGE 

La conduite d'un élevage se décompose en trois périodes principales détaillées ci-dessous. Suivant ces périodes, les animaux se trouvent dans des salles différentes, adaptées à leur âge et leur état. 

1ère période : Le naissage

Cette période se décompose en trois stades :

  - La Fécondation : les truies sont inséminées artificiellement ou saillies par le verrat.

  - La Gestation : elle dure 3 mois 3 semaines et 3 jours (soit 114 jours). Suite à la mise aux normes bien-être, pendant leur gestation les truies sont mises en groupe dans une salle de gestation.

  - La Maternité : Avant la mise-bas, les truies sont douchées puis conduites en maternité, une salle où chaque truie a sa propre case pour donner naissance à ses petits, 12 à 15 en moyenne. Toutes les cases sont équipées d’un système de chauffage (plaque chauffante ou lampe infrarouge) pour tenir les petits au chaud (28°C). A leur naissance, les porcelets pèsent entre 1 et 1,5 kg. Ils tètent 10 à 20 fois par jour. Ils vont rester avec leur mère pendant environ un mois, jusqu’à peser 8 kg.

 

2ème période : Le post sevrage (PS) 

Quand les porcelets ont 4 semaines, l'éleveur réalise le sevrage, c'est-à-dire qu'il sépare les porcelets de leur mère et les regroupe avec d'autres porcelets du même âge. Cette période de post-sevrage dure environ 6 semaines. Elle reste délicate car les jeunes animaux passent d'une alimentation lactée (lait de la mère) à une alimentation plus solide (granulé). Les porcelets pèsent 25 à 30 kg en fin de post-sevrage. 

 

3ème période : L'engraissement

Enfin, les porcs changent de salle pour passer en engraissement. La période d'engraissement dure environ 4 à 6 mois et permet d'amener les animaux à un poids de 115 à 120 kg de poids vif. A ce moment-là, les porcs charcutiers partent à l'abattoir.

 

Les sites d'élevages

Les élevages porcins en région sont principalement "naisseurs-engraisseurs", c'est à dire que la réalisation des trois phases citées précédemment s’effectue sur le même site géographique. Cela permet de sécuriser les élevages d'un point de vue sanitaire et d'éviter toute propagation de maladies.

Il existe également des élevages "naisseurs", qui réalisent seulement la phase de naissage. Les porcelets sont vendus à un autre élevage soit au sevrage (à 8 kg), soit au post-sevrage (à 25-30 kg) afin d’être engraissés.

Enfin, les élevages "post-sevreurs" ou "engraisseurs" réalisent les phases de post-sevrage et/ou engraissement. Ils achètent des porcelets à des élevages naisseurs puis les engraissent jusqu'à les emmener à l'abattoir.

 

LES DIFFERENTS SYSTEMES D'ELEVAGE

Il existe différents types d'élevage :

 - l'élevage en bâtiment sur caillebotis. Le caillebotis est un sol ajouré en plastique ou béton qui facilite l'évacuation rapide des déjections animales et de l’eau de lavage du sol vers des cuves de stockage : les fosses à lisier. Ce système d'élevage est le plus représenté en région : il représente 95 % des sites d'élevage du territoire. C’est aussi le mode d’élevage le plus répandu en France et en Europe.

 - l'élevage en bâtiment sur litière (paille, sciure, copeaux de bois...). Ce type d’élevage demande davantage de main d’œuvre car la litière doit être changée régulièrement pour conserver un espace suffisamment propre. Il s'inscrit souvent dans le cadre d'une démarche qualité spécifique (par exemple en région : le Porc d’Antan, Délic’ochon)

 - l'élevage plein air. Dans ces élevages, les animaux sont élevés à l’extérieur, dans des enclos munis d'abris. Ce système d’élevage nécessite de disposer de surface de terres suffisantes pour assurer une rotation des parcelles. Il est souvent lié à des démarches qualité spécifiques (par exemple en agriculture biologique).

 

L’ALIMENTATION DES PORCS

Les porcs mangent principalement des céréales (blé, orge, maïs…), des oléoprotéagineux tels que le pois, le soja le colza, mais aussi des pommes de terre et des co-produits d'industries agro-alimentaires : pulpes de betteraves, tourteau de colza ou de soja (résidus des graines de colza et soja après les avoir pressées pour en extraire l'huile). Afin d'équilibrer leur ration alimentaire, des vitamines, oligo-éléments et sels minéraux sont aussi ajoutés.

La ration moyenne d’un porc charcutier se compose de :

Le porc ne digère pas les graines entières. Elles sont donc broyées pour obtenir une farine. Celle-ci est mangée sèche ou mélangée avec de l'eau, sous forme de "soupe". Elle existe également sous forme de granulés produits par les fabricants d’aliments.

Généralement, l'alimentation est automatisée, afin de fournir la juste quantité d'aliments à chaque porc, en fonction de son âge et de ses besoins.

VISITER UN ELEVAGE DE PORCS

Les élevages de porcs de la région accueillent périodiquement du public lors de journées Portes Ouvertes. L'URGPP-InterPorc organise également des visites d'élevages auprès des établissements scolaires.

Si vous souhaitez visiter un élevage porcin, n'hésitez pas à nous contacter.

 

TEMOIGNAGES D'ELEVEURS


 

21 Septembre 2016

 


 

1
Logo - interporc.png    © 2018 URGPP, Tous droits réservés - Mentions légales - Création NEWELYS    Logo - URGPP.png